Home > News

Vendredi 13 octobre 2017 : Thèse de Dimitri Radajewski

Vendredi 13 octobre 2017 : Thèse de Dimitri Radajewski

- La thèse se déroulera le Vendredi 13 octobre 2017 à 14h en Salle des Thèses (Campus INP-ENSIACET)

Intitulé de la Thèse:
- "Etude de mécanismes de nucléation de protéines à l’aide d’outils microfluidiques"

Jury
- Stéphane Veesler, CINAM, Marseille (Rapporteur)
- Jean-Baptiste Salmon, LOF, Bordeaux (Rapporteur)
- Françoise Bonneté, IBMM, Montpellier (Examinateur)
- Samuel Petit, SMS, Rouen (Examinateur)
- Laurent Prat, LGC, Toulouse (Invité)
- Béatrice Biscans, LGC, Toulouse (Directrice de thèse)
- Sébastien Teychené, LGC, Toulouse (Directeur de thèse)

Résumé
- La nucléation est l’étape est à l’origine de la cristallisation et c’est généralement elle qui va dicter les propriétés finales d’un cristal. Il est alors intéressant de comprendre les mécanismes qui gouvernent cette étape. Deux théories se confrontent aujourd’hui avec d’une part la théorie classique de la nucléation et d’autre part un modèle de nucléation en deux étapes.
- La théorie classique considère l’addition des monomères un par un pour former des clusters directement cristallins. Le modèle en deux étapes considère une première étape de concentration, au cours de laquelle les monomères vont former des agrégats denses, mais désordonnés, et une seconde étape de structuration qui permettra de réarranger les molécules au sein d’un cluster, pour obtenir une structure cristalline. Il semblerait que, dans le cas des protéines, le passage du mécanisme classique à celui en deux étapes se fasse par une augmentation des fluctuations de concentration en solution, ce qui se fait en se rapprochant de la spinodale de décomposition présente dans le diagramme de phase de certaines protéines.
- Ainsi, dans cette étude, nous développons des systèmes microfluidiques qui permettent d’étudier ces différents mécanismes. Dans un premier temps, nous avons conçus un dispositif utilisé pour déterminer des cinétiques de nucléation à l’aide de modèles probabilistes. Ensuite, nous avons adapté des systèmes microfluidiques à des grands équipements synchrotron, ce qui donne la possibilité de réaliser de la diffusion de rayons X aux petits angles. Ces deux approches complémentaires permettent alors d’obtenir des informations à l’échelle macroscopique et à l’échelle microscopique, et ainsi de participer à l’éclaircissement des zones d’ombre qui demeurent autour des mécanismes de nucléation.